lundi 21 janvier 2013

Raymond Devos, juif ? C’est censé être drôle ?

Dans ma jeunesse, je m’étais moi-même posé la question, je ne sais plus pourquoi. Je n’ai pas été le seul. Je ne sais pas non plus pourquoi.

Peut-être, parce qu’il existe un certain nombre de comiques juifs et qu’à coup sûr, le monde serait bien plus triste s’il n’y avait pas eu Pierre Dac, Gérard Oury, Claude Zidi, Francis Veber et tant d’autres...

Tombe de Raymond Devos
Le père de Raymond Devos, Louis Devos, était originaire du Nord. Devos est en effet un nom des Flandres (concernant les Devos, voir mon article sur Emmanuelle Devos).

La mère de Raymond Devos, une Bretonne, était native de Vitré (c’est en Bretagne).

Élève à l’Institution libre du Sacré-Cœur à Tourcoing, Raymond Devos avait dû arrêter ses études à 13 ans parce que sa famille connaissait de graves problèmes financiers.

Ce n’est pas une preuve absolue de non-judéité, si je puis dire, mais c’est un indice parmi d’autres (ceux qui précèdent, et ceux qui suivent).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Raymond Devos avait été requis par le Service du travail obligatoire (Wikipedia).

Faut-il vraiment rappeler que les Juifs qui étaient raflés, à cette époque, ce n’est pas du tout au STO qu’on les envoyait ? Faut-il rappeler où on les envoyait ?

Il s’est marié le 30 avril 1959 avec Simone Beguin : donc, probablement pas avec une Juive. Beguin, Bégin, ce sont des noms français. Rien à voir avec Menahem Begin (sans accent).

Ses funérailles ont eu lieu en l’église de Saint-Rémy-lès-Chevreuse (voir aussi mes remarques à propos des sépultures de Clément Ader, de Jean-Pierre Cassel et d’Yves Montand).

1 commentaire:

  1. Beguin, né près dans ou près un béguinage ? Un nom apparemment du Nord, qui est aussi la région natale de Raymond ou "au pire" bourguignon. La seule "incongruïté" dans la famille, c'est finalement la mère bretonne ...

    RépondreSupprimer