lundi 27 janvier 2020

À Huysmans, Badinter n’est pas apparenté

Le 8 janvier 2020, sous le pseudonyme douteux de « Pfff », quelqu’un publiait sur un blog intitulé Un Blog de Sel le commentaire suivant, encore plus douteux :

[…] Dans son roman, Houellebecq ressort Joris-Karl Huysmans. Un échappé de l’école naturaliste, de l’immonde écurie Zola, un juif converti au catholicisme, pas par réaction (quoique), par adhésion. […]

Confondrait-on « -mans » et « -man » ?
L’écrivain et critique littéraire auquel il est fait référence de cette manière, qui a vécu dans la seconde moitié du XIXe siècle, s’appelait en réalité Charles Marie Georges Huysmans. Son père était néerlandais et s’appelait Godfried Huysmans. Sa mère était française et s’appelait Malvina Badin.

Huysmans est tout simplement un nom de famille flamand, qui signifie « l’homme de la maison » et qui est l’équivalent du nom allemand Hausmann (dont Haussmann est une variante).

Badin n’a évidemment pas de lien avec Badinter. C’est un nom de famille du midi de la France, tout simplement.

Joris-Karl Huysmans fit carrière au ministère de l’Intérieur et collabora un temps, à partir de 1880, au journal Le Gaulois, qui était hostile à l’expulsion des jésuites décrétée à l’époque par le gouvernement.

Il est exact que Huysmans s’était converti au catholicisme, vers la fin de sa vie. Cependant, avant cela, il était protestant, et non pas juif.

Je l’ai déjà mentionné, des parents juifs, même éloignés de la tradition, n’auraient jamais donné à leur fils le prénom Marie, pour deux raisons évidentes : d’une part, la tradition juive interdit de donner à un enfant un prénom de l’autre sexe, et d’autre part, le prénom Marie donné un enfant de sexe masculin fait bien évidemment référence à la mère de Jésus-Christ.


Sources : filae.com, sur les noms Badin et Huysmans ; Wikipedia, sur le nom Huysmans et sur Joris-Karl Huysmans ; Wiktionary, sur le nom Huysmans.

vendredi 17 janvier 2020

Philippe Val, en famille chez les Juifs ?

[... En Israël] je suis chez moi [...] on est de la même famille [...].
— Philippe Val, interviewé par Radio Taf en octobre 2016)

C’est probablement en raison de ses déclarations favorables à Israël qu’il passe pour juif aux yeux de certaines personnes. Ce peut être aussi parce que, directeur de Charlie Hebdo, il avait congédié Maurice Sinet, dit Siné, suite à une publication dans laquelle certains ont cru voir — non sans bonnes raisons — de l’antisémitisme.

Que valent ces on-dit sur Val ?

Or, Philippe Val a déclaré à plusieurs occasions, entre autres dans l’interview en Israël pour Radio TAF (une radio israélienne francophone) dont un extrait est cité ci-dessus, qu’il n’était pas juif.

Ainsi, dans une autre interview rapportée par La Nouvelle République :

« […] j’étais le premier à dire que l’antisionisme était un antisémitisme, et je ne suis pas juif. […] »

Autre exemple, plus explicite, sur le site d’Actualité juive :

« Bien que je ne sois pas juif, je me sens citoyen d’Israël au même titre que je me sens citoyen de toutes les grandes démocraties respectueuses des lois protectrices de l’individu. Je ressens une sorte de lien de filiation, je me sens l’enfant de tous ces pays convertis à la démocratie représentative et ayant accepté le consensus autour d’une Constitution universaliste pour ce qui concerne les droits humains. En clair, je me sens parfaitement chez moi à Paris, à Rome, à Tel-Aviv ou à Berlin. Et j’ai la conviction qu’il faut tout faire pour que cela dure et prospère. »

Philippe Val aurait-il cependant oublié que la capitale d’Israël n’est pas Tel-Aviv mais Jérusalem ?

Quoi qu’il en soit, Val est son vrai nom. Val, pas Wahl. Et même si c’était Wahl… mais de toute façon, c’est Val.


Sources : Philippe Val, Tu finiras clochard comme ton Zola, L’Observatoire, 2019 ; Actualité juive ; La Nouvelle République ; Radio Taf, Wikipedia.

jeudi 2 janvier 2020

Boris Johnson, ni juif ni turc

Le site internet intitulé « Juifs célèbres » publie une fois de plus un bobard, que reprend à son compte le site de la Ligue de défense juive. Cette fois, il s’agit du nouveau Premier ministre britannique, Boris Johnson : « Le [P]remier ministre du Royaume[-]Uni, Boris Johnson, est juif ».

Vous m’en direz tant.

Johnson aurait « révélé ses racines juives lors de sa visite au Kotel » (le mur « des Lamentations »). En outre, la mère de Boris Johnson, Charlotte Mary Offlow Fawcett, serait « la fille d’une [J]uive ashkénaze ».

Boris Johnson au Kotel

« Son arrière-grand-père maternel était rabbin en Lituanie », est-il précisé. Il s’agit d’Elias Lowe, fils de Charles Lowe et de Sarah (Sophie), née Ragoler. Voilà qui est extrêmement douteux.

En effet, l’épouse d’Elias Lowe, Helen Porter, n’était pas juive. Comment un rabbin aurait-il pu épouser une non-juive ? C’était strictement impossible, à moins que celle-ci ait été convertie en bonne et due forme. Ce n’était pas le cas.

Boris Johnson, de son nom complet Alexander Boris de Pfeffel Johnson, est le fils de Stanley Patrick Johnson et de Charlotte Johnson Wahl, née Fawcett, elle-même fille de Sir James Fawcett et de Frances Beatrice, veuve de Nicholas Anthony Maria Wahl, née Lowe, fille d’Elias Avery Lowe et de Helen Tracey Porter, laquelle était la fille de Henry Clinton Porter et de Clara, née Holcombe, fille de Judson Holcombe et de Maria, née Nobles.

Le père de Boris Johnson, Stanley Patrick Johnson, était le fils d’Osman Ali Kemal Johnson, surnommé Wilfred et d’Irene Williams, « Wilfred » étant lui-même le fils de Bey Ali Kemal, né à Istanbul, et de Winifred Emma Mary, née Brun.

Quant à la grand-mère de Boris Johnson, Irene Johnson, née Yvonne Eileen Irene Williams, elle était la fille de Stanley Fred Williams et de Marie-Louise von Pfeffel.

Dans la généalogie de Boris Johnson, nous trouvons donc simplement un arrière-grand-père juif côté maternel, le père de sa grand-mère. Du côté paternel, nous trouvons un arrière-grand-père turc de confession musulmane.

Bien évidemment, Boris Johnson lui-même n’est pas plus juif que turc, et pas plus juif que musulman.


Sources : Juifs célèbres ; geni.com, sur Boris Johnson, sur Charlotte Fawcett, sur Frances Lowe, sur Clara Holcombe, sur Elias Lowe, sur Stanley Johnson et sur Irene Williams.