vendredi 5 janvier 2018

Zubin Mehta par-ci, Israël et les Juifs par-là

Un soir que Zubin Mehta donnait un concert salle Pleyel avec l’Orchestre de Paris, dans les années quatre-vingt, le texte de présentation distribué au public énumérait tous les orchestres que ce chef avait dirigés au cours de sa carrière... sauf un.

Une fois de plus, il était réservé à Israël un traitement particulier, bien entendu dans un sens négatif : en l’occurrence, un mensonge par omission. C’était d’autant plus choquant que Mehta était déjà – et même, surtout – connu en tant que chef de l’Orchestre philharmonique d’Israël, une formation qu’il dirigeait au moins depuis 1968.

Mehta décoré par le président Peres
Son attachement particulier à cet orchestre dont il est finalement devenu directeur à vie, et sa fréquente présence en Israël liée à ce poste, sont sans doute pour quelque chose dans la méprise de ceux qui croient pouvoir affirmer que Zubin Mehta est juif.

Pourtant, ni son nom ni son prénom, que je sache, ne sont portés par des Juifs. Le fameux chef d’orchestre indien est né à Bombay dans une famille de la minorité parsi. Les Parsis, peuple de Perse, sont en principe adeptes du parsisme, religion dérivée du zoroastrisme. Au moment de la conquête musulmane, ceux qui avaient quitté la Perse avaient émigré principalement en Inde.

En 1988, dans son « Grand échiquier » spécial depuis Israël, Jacques Chancel prenait le téléspectateur à témoin en s’adressant ainsi à Zubin Mehta : « ... je suis catholique, vous êtes indien parsi, nous ne sommes pas juifs... »

En 1978, Mehta fut nommé directeur de l’Orchestre philharmonique de New York. Il n’accepta ce poste prestigieux qu’à condition de pouvoir en même temps rester directeur du Philharmonique d’Israël. Son collègue Daniel Barenboïm lui dit alors : « Tu vas avoir deux orchestres juifs ! »


Sources : Wikipedia (Mehta), Wikipedia (Parsis), zubinmehta.net

lundi 1 janvier 2018

Si Engels s’était appelé Engel, aurait-il été juif ?

Si certains ont inventé une judéité à Friedrich Engels, serait-ce parce qu’il existe des Juifs qui s’appellent Engel... et peut-être même Engels, qui sait ?

À moins que ce soit par analogie avec Karl Marx ? Auront-ils appliqué de façon quelque peu intempestive la maxime « Dis-moi qui tu fréquentes... » ?

Une barbe sans juif

Quoi qu’il en soit, ils ont tout faux. Friedrich Engels était né dans une famille protestante et on ne lui connaît aucun ascendant juif.

Son père, un luthérien très religieux et conservateur, l’avait contraint à interrompre ses études pour le faire travailler avec lui dans le commerce. Le jeune Friedrich ne se montrant pas attiré par cette carrière, son père l’envoya à Brême, chez un pasteur.

Friedrich ne tarda pas à prendre ses distances avec la religion (protestante) et finalement, à se revendiquer athée.

Au passage, Karl Marx aussi avait été élevé dans la religion luthérienne avant de perdre la foi. La différence avec Engels est que les parents de Karl Marx étaient des Juifs convertis.

La mère de Friedrich Engels, Ida Noot, était la fille de Jan Willem Noot et de Johanna Katharina Erkenschwyk, des protestants également.

Sur l’arbre généalogique, on peut noter que le père de Friedrich Engels se prénommait Johann Caspar II et le fils aîné de celui-ci, donc le frère aîné de Friedrich Engels, Johann Caspar III. Chez les Engels, le premier fils recevait donc le prénom de son père : une tradition typiquement protestante... et typiquement pas juive.


Sources : larousse.fr, geneanet.org, jewornotjew.com, marxists.org, wikirouge.net