lundi 22 avril 2019

Louisa Colpeyn n’était pas une Juive de Salonique

Dans une lettre ouverte au président Macron sur le thème de la « question juive » (sic), l’écrivain malien Ismaël Diadié Haidara écrit imprudemment que la mère de son confrère français Patrick Modiano était « d’origine juive » et plus précisément, qu’elle était originaire de la communauté juive de Salonique.

Or, certains ont dit que Louisa Colpeyn, de son vrai nom Louisa Colpijn, était moitié hongroise et moitié belge.

La mère du Nord

Se seraient-ils fondés sur des sources moins fiables que l’écrivain natif de Tombouctou ? Ou sur des sources plus fiables ? Ou aussi peu fiables ?

Selon les mots de son propre fils Patrick Modiano, Louisa Colpeyn était « tout à fait flamande » (on notera que son prénom est aussi orthographié Luisa).

Outre que Colpijn n’est pas du tout un nom séfarade, ni même un nom porté par des Juifs de façon générale (et que c’est effectivement un nom flamand), je suis tenté de supposer que Patrick Modiano est le mieux placé pour savoir quelles étaient les origines de sa propre mère.

Ajoutons que, contrairement à son mari Albert Modiano, d’origine juive du côté paternel mais peut-être pas du côté maternel, l’actrice belge n’avait nullement été inquiétée en 1942 en Belgique occupée, et pas davantage à Paris où elle était allée s’installer cette même année et où elle allait faire sa connaissance.

On pourra aisément comprendre que j’envisage, au moment où ces lignes sont écrites, de traiter aussi sur ce blog, un jour où l’autre, le cas de Patrick Modiano lui-même.


Sources : Patrick Modiano, Un pedigree, Gallimard, 2005 ; Le Réseau Modiano.

vendredi 12 avril 2019

Sabine Azéma, une actrice qui domine la France

Qui donc m’avait dit un jour que Sabine Azéma était juive ? Peu importe, car le présent article trouve une autre justification, s’il en était besoin. Sur un site internet algérien conspirationniste intitulé « Ces Juifs qui dominent la France » (sic), on trouve inévitablement, parmi un certain nombre d’autres personnalités erronément étiquetées comme juives, la mention suivante : « AZEMA, Sabine. Actrice. »

Une dominante de roux

Certes, quand on connaît peu de choses sur les noms et leur origine, on peut s’imaginer qu’un patronyme comme Azéma indique des origines juives. Surtout si l’on sait que la chanteuse soprano Anne Azéma est l’épouse du musicien américain Joël Cohen.

Pourtant, un certain Jean-Baptiste Azéma a été, il y a longtemps, gouverneur de l'île de la Réunion. Il était peu vraisemblable, à cette époque, qu’un Juif puisse accéder à un tel poste, et il était encore moins vraisemblable qu’un Juif puisse se prénommer Jean-Baptiste. En outre, un de ses descendants, Jean-Henri Azéma, a été collabo pendant la Seconde Guerre mondiale.

Un nom du midi de la France

En effet, le patronyme Azéma n’est pas du tout un nom suggérant une appartenance au peuple juif.

C’est un nom de famille du midi de la France, et comme le montre bien la carte ci-contre, les naissances sous ce nom, depuis plus d'un siècle, sont très nettement localisées dans la région des Pyrénées orientales.

D’après les généalogistes, Azéma serait la forme méridionale d’un nom de baptême et patronyme dérivé des racines germaniques ade qui signifiait noble, et mar, qui signifiait célèbre. Les variantes de ce nom sont notamment Adhémar et Azémar.

La mère de Sabine Azéma s’appelait Odile Caziot, sa grand-mère maternelle s’appelait Louise Marie Josèphe du Hecquet, et son arrière-grand-mère, Rose Marie Louise Gogot.

Entre Odile, Louise Marie et Marie Louise, nous n’avons vraiment pas grand-chose de juif, et très franchement, des patronymes comme Caziot, Gogot et du Hecquet ne suggèrent pas davantage une filiation d’origine israélite.


Sources : FILAE ; Geneanet ; LaCroix.

samedi 6 avril 2019

Romy Schneider parmi les célébrités juives ?

Je ne suis pas sûr d’avoir déjà eu connaissance une seule fois dans ma vie d’une liste de personnalités juives qui n’aurait comporté aucune erreur. Ainsi, par exemple, sur un site internet qui prétend recenser des célébrités juives, Romy Schneider est présentée comme « Juive ashkénaze ». Aurait-elle joué le rôle d'une Juive dans un film ? Ou bien, serait-ce parce que le nom Schneider est quelquefois porté par des Juifs ?

Voici quelques faits qui nous permettront aisément de juger si Romy Schneider a sa place parmi les « célébrités juives », comme nous le suggère le site internet en question :

Quand Rosemarie
n’était pas encore Rosalie
1. Romy Schneider s’appelait en réalité Rosemarie Magdalena Albach.

2. Ses parents l’avaient fait baptiser.

3. Ses parents, Magda Schneider et Wolf Albach, s’étaient mariés en 1937 à Berlin.

4. Le père de Magda Schneider, donc le grand-père de Romy Schneider côté maternel, se prénommait Franz Xaverius (c’est-à-dire François-Xavier, un prénom typiquement chrétien).

5. Dans son enfance, Romy avait joué avec les enfants du nazi Martin Bormann, qui était un proche de sa mère.

6. La mère de Romy Schneider, Magda Albach, née Schneider, avait été exemptée d’impôt par le ministère nazi de la Propagande.

7. Sa grand-mère maternelle, Maria Schneider, née Meier-Hörmann, avait rencontré Hitler et fréquenté son cercle.

8. En 1938, les parents de Romy avaient emménagé à Schönau am Königssee, près de Berchtesgaden. Le Berghof, le fameux chalet d’Hitler, à quelque six cent mètres à vol d’oiseau, était visible de l’autre côté de la vallée.

9. En 1944, Romy est entrée à l’école primaire de Berchtesgaden.

10. De 1949 à 1953, elle a été pensionnaire d’une institution religieuse catholique, en Autriche.

11. Après la guerre, Magda Albach a dû interrompre son activité professionnelle à cause de ses accointances avec le régime nazi.

12. Romy Schneider a déclaré en 1976 qu’elle pensait que sa mère avait eu une relation avec Hitler.

Il est bien connu que la belle actrice germano-autrichienne a toujours cherché à s’affranchir du passé très sulfureux de sa famille. C’est, bien entendu, ce qui explique qu’elle ait donné à ses enfants des prénoms d’origine hébraïque, David et Sarah, et qu’elle ait porté une étoile de David en pendentif. Disons que Romy Schneider aurait peut-être sa place sur une liste de « Juifs d’honneur », en admettant que cette expression ait un sens.


Sources : Wikipedia.

jeudi 4 avril 2019

Le prénom juif de David Pujadas

Des gens mal inspirés ont cru pouvoir affirmer que ce présentateur de télévision était juif. Pour quelle mauvaise raison ? À part son prénom, je ne vois pas.

David était certes un fameux roi d’Israël, mais ce prénom fait bien entendu partie du calendrier chrétien. S’il est relativement prisé chez les Juifs, il est tout aussi bien porté par des antisémites fanatiques comme David Duke ou David Irving (et pas seulement dans les milieux protestants anglo-saxons).

Les Redon nés entre 1891 et 1915

Certes, comme on a pu le voir à propos de Kad Merad, il y a chez certains déficients mentaux le présupposé selon lequel la plupart des personnalités du petit écran seraient des Juifs. Partant de là, même Harry Roselmack peut être juif. Et pourquoi pas Rockaya Diallo, aussi ?

David Pujadas est né à Barcelone d’un père espagnol, Rosendo Pujadas, et d’une mère française, Françoise Redon. Avant de devenir traducteur, son père avait arrêté l’école à 13 ans pour travailler sur les marchés. La famille s’est installée en France peu après la naissance de l’intéressé.

Le patronyme de sa mère, Redon, dérive du vieux français. Les prénoms les plus courants chez les Redon sont Jean, Marie, Pierre, Jeanne… à comparer avec les prénoms les plus courants chez les Lévi, par exemple, qui sont Joseph, Abraham, Isaac, Sara…

Le nom Pujadas n’indique pas davantage des origines juives.

Le 11 février 2016, un notable juif, Gilles Taïeb, a accusé David Pujadas d’avoir illégalement incité au boycott d’Israël par le biais de la diffusion, la veille, d’un reportage extrêmement tendancieux. Roger Cukierman, président du CRIF, a repris cette accusation dans un courrier adressé à la présidente de France Télévisions.

Ce n’était pas la première fois que David Pujadas se faisait le chantre d’une ignoble propagande contre Israël.

Au risque de me répéter : à part son prénom, je ne vois pas. Vraiment pas.


Sources : filae.com ; geneanet.org ; Wikipedia.