jeudi 5 septembre 2019

Yann Moix n’est pas le Juif du mois

Depuis le temps que je me sens juif, il serait temps que je le devienne. – Yann Moix, Tribune juive.

C’est une fois de plus sur Facebook que j’ai pu lire une affirmation, de la part d’une internaute juive elle-même, selon laquelle Yann Moix, sans être juif par sa naissance, le serait devenu.

La réalité est que Yann Moix déclare lui-même vouloir devenir juif, mais qu’à ce jour, il est loin d’avoir réalisé ce vœu. Il affirme également que sa famille descend des marranes, mais c’est le cas de nombreux Français et de nombreux Espagnols qui ne sont pas juifs pour autant.

Le Moix à venir ?
Le site internet intitulé « Juifs célèbres », auquel j’ai déjà fait référence, fait évidemment grand cas de Yann Moix, et l’administrateur cite une petite partie des excentricités verbales du personnage sur ce sujet, puisées dans Tribune juive. En fait, il reproduit des déclarations qui peuvent laisser penser que Moix est juif, mais s’abstient soigneusement de citer le reste, notamment celles qui montrent qu’il ne l’est pas. Comblons donc cette lacune :

Je suis en train de devenir juif. Tranquillement, sincèrement : à mon rythme.

[...] Je ne sais pas si je me sens juif, ou si je sens que je le suis.

[...] Je me connais : je n’aurais pas supporté d’être juif en naissant. Je n’aurais pas supporté qu’on me demande d’être ce que je préfère en réalité devenir. Alors je suis en train de devenir ce que d’autres ont toujours été. Certains sont totalement juifs le jour où ils naissent, peut-être que je serai totalement juif le jour où je mourrai. J’ai tout mon temps.


Je ne souhaite pas prendre part aux polémiques qui ont cours sur le personnage à l’heure ou ces lignes sont écrites. Je crois savoir que Yann Moix a déjà beaucoup lu et étudié (mais sans doute pas assez, à en juger par ce qu’il révèle encore de sa mentalité), et participé à des repas et à des cérémonies. Il demeure qu’à ce jour, il n’a pas accompli ce que signifie devenir juif pour quiconque n’est pas né juif : une conversion en bonne et due forme, validée par une autorité rabbinique.

Tout le reste n’est que bavardage.


Sources : Tribune juive.

vendredi 9 août 2019

Hardies sont ces allégations sur Ardisson !

Une fois de plus, c’est sur Facebook que j’ai pu lire, à croire une internaute, juive elle-même, que Thierry Ardisson serait juif. J’ai lu ensuite qu’il aurait évoqué des origines juives algériennes. Naturellement, cette rumeur est aussi propagée par les sites antisémites que l’on sait.

Le notable juif et chroniqueur Jean Corcos dénonce dans la presse juive et sur son blog le conspirationnisme antisémite :

Il aura suffi d'un mot...
[T]ous les jours, je note entre 15 et 20 % (parfois beaucoup plus quand ces noms reviennent en « tête de gondole » de l’actualité) de recherches associant le mot « juif » à :
- François Hollande ;
- Patrick Sabatier ;
- Thierry Ardisson ;
- Jean-Marc Morandini ;
- et deux personnalités d’origine musulmane, Roschdy Zem et Rachida Dati ! […]


Jean Corcos précise, à propos de Thierry Ardisson :

[…] les innombrables visiteurs s’interrogeant sur son imaginaire judaïté viennent en raison d’un article vieux déjà de trois ans, et où le mot « juif » était joint à son patronyme.

Passons sur le fait qu’Ardisson ait invité un jour Dieudonné sur son plateau pour présenter son spectacle antisémite, ainsi que Thierry Meyssan pour promouvoir son livre négationniste. Passons également sur le fait que ses épouses successives, Béatrice Loustalan et Audrey Crespo-Mara, ne sont pas juives et que sa première épouse se prénommait Christiane. Passons aussi sur ses convictions royalistes.

Plus important pour ce qui nous occupe : « Issu d'une vieille famille du Comté de Nice, mais né dans la Creuse, le 6 janvier 1949, Thierry, Pierre, Clément Ardisson est le fils de Victor Ardisson, ingénieur catholique, et de Juliette, Renée, Ardisson, née Gastinel […] » (Night Life)

Bien entendu, Gastinel, comme nom de famille, n’est pas plus juif qu’Ardisson.


Sources : Night Life ; rencontrejudaïquesfm (blog de Jean Corcos) ; Wikipedia.

mercredi 7 août 2019

Jacques Tajan et les peintres juifs

Comme je l’ai mentionné dans mon article précédent, des gens s’étaient imaginé, sans doute en raison des ventes d’œuvres d’artistes juifs de l’École de Paris, que les trois associés de l’étude de commissaires-priseurs Ader, Picard & Tajan, à savoir Étienne Ader, Jean-Louis Picard et Jacques Tajan, étaient juifs.

Un jour, dans un restaurant juif de la rue des Rosiers, je m’étais retrouvé attablé avec trois jeunes hommes que je ne connaissais pas, et l’un d’entre eux s’était présenté comme étant le petit-neveu d’Étienne Ader, ou peut-être, le neveu de son fils Rémi Ader (ibid.).

C’était au début des années quatre-vingt-dix.

Le paradoxe de cette situation est que, comme ce jeune homme me l’avait précisé, les Ader n’étaient pas juifs… et Jacques Tajan non plus. Qu’en était-il de Jean-Louis Picard ? Ma mémoire n’a pas tout retenu, mais même s’il existe des Juifs qui s’appellent Picard, il est certain qu’une grande majorité des Français qui portent ce nom ne sont pas juifs et ne l’ont jamais été.

Par ailleurs, en raison d’incompatibilités entre les trois associés, la société allait être dissoute très peu de temps plus tard. Jean-Louis Picard, Jacques Tajan et Rémi Ader, héritier de son père Étienne Ader, allaient dès lors poursuivre leurs activités chacun de son côté.

Pour en revenir à Jacques Tajan, dont il est question ici, son nom, bien que se terminant comme Darbarjan, Karajan et Sabouridjan, n’est pas d’origine étrangère. C’est un nom apparenté à Tajean ou bien à Taillant, et c’est le nom d’une commune de France, dans les Hautes-Pyrénées. Dans tous les cas, c’est de cet endroit, les Hautes-Pyrénées, que les Tajan sont originaires, et non pas de l’Est du bassin méditerranéen, ni d’Iran, ni d’Arménie... ni de je ne sais où encore.


Sources : ader-paris.fr (Ader, Nordmann & Dominique) ; filae.com ; Geneanet (sur le patronyme Tajan) ; Geneanet (sur les prénoms des Tajan) ; geopatronyme.com ; Google Map (commune de Tajan) ; Wikipedia (sur Ader-Nordmann) ; Wikipedia (sur Jacques Tajan).

lundi 5 août 2019

Même si l’on trouve Adler chez Ader...

C’est dans le contexte de l’organisation d’une vente de tableaux de l’École de Paris que j’avais entendu parler, pour la première fois, du trio de commissaires-priseurs Ader, Picard et Tajan.

Sachant que le nom Picard est quelquefois porté par des Juifs, et sachant que cette société de ventes aux enchères s’est occupée, entre autres, de vendre des toiles de peintres juifs, on a vite fait de fantasmer sur les trois noms qui précèdent... et sans doute plus particulièrement sur le nom Ader. C’est ainsi qu’on m’avait dit un jour que les Ader étaient des Juifs (voir aussi mon article sur Clément Ader). Paradoxalement, c’est dans un restaurant juif de la rue des Rosiers qu’un petit-neveu d’Étienne Ader, dont il portait également le patronyme, m’avait détrompé.

Un tableau de K. Adler
mis en vente par Ader...
Étienne Jean Yves Marie Ader était le fils de Jean Ader et d’Alice Guérin. Outre que Guérin n’est pas un nom porté par des Juifs et que le deuxième prénom de l’intéressé était celui de son père, le prénom Marie, comme je l’ai déjà expliqué à propos d’Alain Juppé, ne peut pas figurer dans l’état-civil d’un Juif : à la fois parce que c’est un prénom féminin, et parce que ce prénom fait évidemment référence à la mère de Jésus-Christ.

Durant la Seconde Guerre mondiale, selon un article de Jean Dutour paru dans le quotidien Action en 1945, « Maître Étienne Ader avait fait de l’Hôtel Drouot un véritable salon franco-nazi » :

[…] Les nouveautés sont à trouver dans le chapitre sur l’Hôtel Drouot dont l’accès est interdit aux Juifs en 1941. Les noms des commissaires-priseurs Étienne Ader, Alphonse Bellier et Henri Baudoin et des experts André Schoeller et Martin Fabiani reviennent souvent, même dans les cas de ventes sur ordonnance de « biens israélites » comme ceux d’Alphonse Kann, Elie Fabius, Jos. Hessel et du stock de la galerie Bernheim-Jeune. […] (Guy Boyer)

À la fin des années soixante-dix, Étienne Ader cédait sa charge à son fils Rémi Ader, lequel n’était pas plus juif que son père mais allait être rejoint par maître David Nordmann en 2004, avant de céder ses parts à maître Xavier Dominique. Aujourd’hui ce n’est plus Ader, Picard & Tajan mais Ader, Nordmann & Dominique.


Sources : ader-paris.fr (Ader, Nordmann & Dominique) ; Connaissance des arts ; geneanet.org ; Marcel & Simone.

lundi 15 juillet 2019

Isabelle Adjani, l’Algérie et les Juifs

Je suis une mère absolue, une mère juive, une mère infernale, mais je fais tous les efforts pour me mettre en retrait quand il le faut. — Isabelle Adjani, Purepeople.

Le bobard selon lequel Isabelle Adjani serait juive est bien évidemment colporté par des « conspis » de la toile, des détraqués primaires qui cherchent à se convaincre et à convaincre quiconque les écoute que les Juifs sont un peuple malfaisant qui infiltre tous les milieux en vue de dominer le monde.

Le keffieh : Isabelle l’a déjà mis

Pourtant, la célèbre actrice — dont on voit mal où serait le côté malfaisant — avait déclaré un jour qu’il lui était probablement arrivé de refuser d’interpréter le rôle d’une Juive au cinéma par une sorte de « solidarité aveugle » avec son père. Celui-ci, un Français originaire de Constantine, en Algérie, s’appelait Mohammed Chérif Adjani, et le grand-père d’Isabelle Adjani s’appelait Saïd Hadjami (donc, Hadjami est devenu Adjani).

La mère d’Isabelle Adjani, allemande et bavaroise, s’appelait Augusta Emma Schweinberger. À propos des noms en « -berger », voir mon article sur Dominique Bromberger.

« Ma mère était bavaroise. Elle se sentait très mal dans un pays où elle était arrivée sans parler un mot de français, et ne supportait pas que son mari soit algérien. Elle disait qu’il était d’origine turque et je le croyais. Entre mes parents, il y avait un racisme conjugal. Ma mère traitait mon père de « Crouille », et lui, répondait : « Sale Boche ! » Il s’appelait Mohammed, mais ma mère l’avait obligé à changer de prénom. Sur notre boîte aux lettres, il y avait : « Chérif Adjani ». Ma mère trouvait que ça faisait américain. » (interview pour le Nouvel Observateur, 1985)

« Ma mère [...] était allemande et a été emmenée, presque enlevée, quand elle avait vingt-cinq ans, par mon père qui était algérien et qui en avait dix-huit. [...] Il l’a convaincue de le suivre, s’est fait menaçant pour arriver à ses fins... Elle était une otage, une otage qui n’a pas pu pardonner à son ravisseur [...] » (dans les Inrocks, citée par Closer).

Isabelle Adjani porte sur elle l’empreinte de cette mésentente fondamentale, explique France-Dimanche, puisque son prénom, Isabelle, témoigne d’un combat que son père avait perdu : « Il aurait voulu m’appeler Yasmine, mais elle a refusé. Et il a obéi ».


Sources : Algérie 7 ; Closer ; Gala ; France-Dimanche ; Wikipedia.

vendredi 12 juillet 2019

Julio Iglesias, plus proche des églises que des synagogues

Le public a été surpris d’apprendre que sa mère était juive et qu’il était lui-même « juif à partir de la taille ». – Brian Blondy, Julio Iglesias charms in Tel Aviv, Jerusalem Post (9 septembre 2009).

En avril 2019, quelqu’un a publié sur Facebook un lien vers une page du site « Juifs célèbres » consacrée à Julio Iglesias, datant de 2009. En visite en Israël, celui-ci aurait déclaré que sa mère était juive, et qu’il était lui-même « juif à partir de la taille ». Naturellement, une autre personne a aussitôt publié ce commentaire : « Je ne savais pas qu’il était juif ! »

Que signifie « être juif à partir de la taille » ? Pour en avoir une idée, imaginons un instant que quelqu’un se dise « arabe à partir de la taille », « arménien à partir de la taille » ou « protestant à partir de la taille » : et ses jambes, elles seraient quoi ? Cela n’a évidemment aucun sens.

Un cadrage judaïsant sur « Roulio »
D’après la version espagnole de Wikipedia, Julio Iglesias aurait affirmé être « partiellement juif » du côté de sa mère, alors même qu’on ne lui trouve aucun ascendant juif du côté maternel. Quant à la version française, elle reprend une mauvaise traduction de l’espagnol.

Qui est plus fiable, un blogueur juif français qui vante les contributions des Juifs à l’humanité, ou un rédacteur espagnol qui se donne la peine d’écrire une note biographique sur Julio Iglesias ?

Et quel crédit accorder aux déclarations de l’intéressé ? La pianiste Hélène Grimaud, par exemple, aurait elle-même affirmé être d’origine juive par ses deux parents, alors qu’il n’en est absolument rien (lire mon article à son sujet).

Le site américain Jew Or Not Jew attribue à Julio Iglesias la mention Barely a Jew, que l’on peut traduire par « à peine juif » ou « quasiment pas juif » et le score 7/15, décomposé comme suit : 2/5 pour les origines (ce qui est bien généreux, au vu de ce qui précède), 1/5 pour la ressemblance avec un Juif, et 4/5 pour l’envie de pouvoir le considérer comme juif.

Julio Iglesias de la Cueva est le fils de Julio Iglesias Puga et de María del Rosario de la Cueva. On remarquera qu’il a reçu le même prénom que son père, ce qui est absolument contraire aux us et coutumes des Juifs, mais surtout, que le prénom de sa mère, María del Rosario (Marie du rosaire), indique on ne peut plus clairement qu’elle était issue d’une famille fortement attachée à la tradition catholique.


Sources : Geni ; Jew Or Not Jew ; Wikipedia (es.).

samedi 22 juin 2019

Un racontar sur Mme Collard : Autard en emporte le Var

Sur Facebook, le 28 mai 2019, quelqu’un, sans doute pour expliquer l’engagement de maître Gilbert Collard en faveur d’Israël, avait cru pouvoir préciser que la femme de celui-ci était juive. Sur quoi se fondait-il pour affirmer une chose pareille, on se le demande bien.

Anne-Marie Autard, épouse Collard, élue en 2016 conseillère régionale de la région « Languedoc Roussillon Midi Pyrénées » pour le Groupe « Front National - Rassemblement Bleu Marine », est la fille de Pierre Autard et d’Anna Marie Berenguier, tous deux marseillais.

Elle redescendait dans le Midi...
Autard n’est évidemment pas un patronyme porté par des Juifs, ce que confirme l’examen des prénoms des Autard dans les registres de mariage de la ville de Marseille (GénéProvence). Déjà, le prénom qui apparaît en tête de liste est Jean-Baptiste, ce qui est évidemment un signe. Le reste est à l’avenant : Jean Noël, François Xavier Benoît, Joseph Marie, Françoise Baptistine, Jeanne Marie Madeleine, Marie Thérèse, etc.

Le nom de famille Berenguier n’indique pas davantage une origine juive. Il suffit, pour s’en convaincre (s’il en était vraiment besoin), de constater la très forte concentration du nombre de naissances sous ce patronyme dans le département du Var, par rapport à tout le reste de la France métropolitaine, entre 1891 et 1965 et même sur une période plus récente (filae.com).

Ajoutons, pour faire bonne mesure, qu’Anne-Marie Autard a reçu quasiment le même prénom que sa mère : à ce propos, voir mes articles précédents.

L’affirmation de notre internaute sur Facebook ne repose évidemment sur rien du tout, elle est aussi fantaisiste que gratuite.


Sources : geneanet.org ; GénéProvence ; filale.com ; herault-tribune.com.

lundi 22 avril 2019

Louisa Colpeyn n’était pas une Juive de Salonique

Dans une lettre ouverte au président Macron sur le thème de la « question juive » (sic), l’écrivain malien Ismaël Diadié Haidara écrit imprudemment que la mère de son confrère français Patrick Modiano était « d’origine juive » et plus précisément, qu’elle était originaire de la communauté juive de Salonique.

La mère du Nord
Or, certains ont dit que Louisa Colpeyn, de son vrai nom Louisa Colpijn, était moitié hongroise et moitié belge. Se seraient-ils fondés sur des sources moins fiables que l’écrivain natif de Tombouctou ? Ou sur des sources plus fiables ? Ou aussi peu fiables ?

Selon les mots de son propre fils Patrick Modiano, Louisa Colpeyn était « tout à fait flamande » (on notera que son prénom est aussi orthographié Luisa).

Outre que Colpijn n’est pas du tout un nom séfarade, ni même un nom porté par des Juifs de façon générale (et que c’est effectivement un nom flamand), je suis tenté de supposer que Patrick Modiano est le mieux placé pour savoir quelles étaient les origines de sa propre mère.

Ajoutons que, contrairement à son mari Albert Modiano, d’origine juive du côté paternel mais peut-être pas du côté maternel, l’actrice belge n’avait nullement été inquiétée en 1942 en Belgique occupée, et pas davantage à Paris où elle était allée s’installer cette même année et où elle allait faire sa connaissance.

On pourra aisément comprendre que j’envisage, au moment où ces lignes sont écrites, de traiter aussi sur ce blog, un jour où l’autre, le cas de Patrick Modiano lui-même.


Sources : Patrick Modiano, Un pedigree, Gallimard, 2005 ; Le Réseau Modiano.

vendredi 12 avril 2019

Sabine Azéma, une actrice qui domine la France

Qui donc m’avait dit un jour que Sabine Azéma était juive ? Peu importe, car le présent article trouve une autre justification, s’il en était besoin : sur un site internet algérien conspirationniste intitulé « Ces Juifs qui dominent la France » (sic), on trouve inévitablement, parmi un certain nombre d’autres personnalités erronément étiquetées comme juives, la mention suivante : « AZEMA, Sabine. Actrice. »

Une dominante de roux
Certes, quand on connaît peu de choses sur les noms et leur origine, on peut s’imaginer qu’un patronyme comme Azéma indique des origines juives.

Pourtant, un certain Jean-Baptiste Azéma a été, il y a longtemps, gouverneur de l'île de la Réunion. Il était peu vraisemblable, à cette époque, qu’un Juif puisse accéder à un tel poste, et il était encore moins vraisemblable qu’un Juif puisse se prénommer Jean-Baptiste. En outre, un de ses descendants, Jean-Henri Azéma, a été collaborateur pendant la Seconde Guerre mondiale.

En effet, le patronyme Azéma n’est pas du tout un nom suggérant une appartenance au peuple juif. C’est un nom de famille du midi de la France, et comme le montre bien la carte ci-contre, les naissances sous ce nom, depuis plus d'un siècle, sont très nettement localisées dans la région des Pyrénées orientales.

D’après les généalogistes, Azéma serait la forme méridionale d’un nom de baptême et patronyme dérivé des racines germaniques ade qui signifiait noble, et mar, qui signifiait célèbre. Les variantes de ce nom sont notamment Adhémar et Azémar.

La mère de Sabine Azéma s’appelait Odile Caziot, sa grand-mère maternelle s’appelait Louise Marie Josèphe du Hecquet, et son arrière-grand-mère, Rose Marie Louise Gogot. Entre Odile, Louise Marie et Marie Louise, nous n’avons vraiment pas grand chose de juif, et très franchement, des patronymes comme Caziot, Gogot et du Hecquet ne suggèrent pas davantage une filiation d’origine israélite.


Sources : FILAE ; Geneanet ; LaCroix.

samedi 6 avril 2019

Romy Schneider parmi les célébrités juives ?

Je ne suis pas sûr d’avoir déjà eu connaissance une seule fois dans ma vie d’une liste de personnalités juives qui n’aurait comporté aucune erreur. Ainsi, par exemple, sur un site internet qui prétend recenser des célébrités juives, Romy Schneider est présentée comme « Juive ashkénaze ». Aurait-elle joué le rôle d'une Juive dans un film ? Ou bien, serait-ce parce que le nom Schneider est quelquefois porté par des Juifs ?

Voici quelques faits qui nous permettront aisément de juger si Romy Schneider a sa place parmi les « célébrités juives », comme nous le suggère le site internet en question :

Quand Rosemarie
n’était pas encore Rosalie
1. Romy Schneider s’appelait en réalité Rosemarie Magdalena Albach.

2. Ses parents l’avaient fait baptiser.

3. Ses parents, Magda Schneider et Wolf Albach, s’étaient mariés en 1937 à Berlin.

4. Le père de Magda Schneider, donc le grand-père de Romy Schneider côté maternel, se prénommait Franz Xaverius (c’est-à-dire François-Xavier, un prénom typiquement chrétien).

5. Dans son enfance, Romy avait joué avec les enfants du nazi Martin Bormann, qui était un proche de sa mère.

6. La mère de Romy Schneider, Magda Albach, née Schneider, avait été exemptée d’impôt par le ministère nazi de la Propagande.

7. Sa grand-mère maternelle, Maria Schneider, née Meier-Hörmann, avait rencontré Hitler et fréquenté son cercle.

8. En 1938, les parents de Romy avaient emménagé à Schönau am Königssee, près de Berchtesgaden. Le Berghof, le fameux chalet d’Hitler, à quelque six cent mètres à vol d’oiseau, était visible de l’autre côté de la vallée.

9. En 1944, Romy est entrée à l’école primaire de Berchtesgaden.

10. De 1949 à 1953, elle a été pensionnaire d’une institution religieuse catholique, en Autriche.

11. Après la guerre, Magda Albach a dû interrompre son activité professionnelle à cause de ses accointances avec le régime nazi.

12. Romy Schneider a déclaré en 1976 qu’elle pensait que sa mère avait eu une relation avec Hitler.

Il est bien connu que la belle actrice germano-autrichienne a toujours cherché à s’affranchir du passé très sulfureux de sa famille. C’est, bien entendu, ce qui explique qu’elle ait donné à ses enfants des prénoms d’origine hébraïque, David et Sarah, et qu’elle ait porté une étoile de David en pendentif. Disons que Romy Schneider aurait peut-être sa place sur une liste de « Juifs d’honneur », en admettant que cette expression ait un sens.


Sources : Wikipedia.