lundi 9 décembre 2019

La non-judéité des Debré fait-elle débat ?

Dans son livre Une histoire de famille (Robert Laffont, 2019), Jean-Louis Debré, un des fils de Michel Debré, raconte l’histoire de ses ascendants, celle d’une « famille d’immigrés juifs ». Mais qui est encore juif chez les Debré ?

Jean-Louis Debré a épousé Anne-Marie Engel. Engel est un nom qui peut être porté par des Juifs, mais c’est surtout un nom allemand, alsacien et lorrain. Les prénoms des enfants du couple, Charles-Emmanuel, Guillaume et Marie-Victoire, ne suggèrent absolument pas que l’on aurait affaire à une famille juive.

Bernard Debré, un chrétien face
aux chrétiens à l’occasion d’une
émission d’une radio chrétienne.

Il est de bon ton, aujourd’hui, de se trouver des « origines juives », et l’on sait que le professeur de médecine Robert Debré, père de Michel Debré, était fils de rabbin. Naturellement, il n’en faut pas davantage pour que l’on entende dire ici ou là que l’ancien ministre du général de Gaulle et coauteur de la Constitution était lui-même juif.

Certains croient même pouvoir considérer comme juive toute personne portant ce patronyme, comme par exemple Isabelle Debré, épouse de Vincent Debré, née Isabelle Le Poittevin de La Croix-Vaubois.

Or, Robert Debré avait été le dernier juif de la lignée, et il s’était lui-même converti au christianisme. Il n’aura certes pas été le premier fils de rabbin converti. Son épouse, Jeanne Debat-Ponsan, médecin et fille de l’artiste Édouard Debat-Ponsan, était catholique.

L’homme politique Michel Debré était donc né de deux parents catholiques. Quant à son épouse, elle s’appelait Anne-Marie Le Maresquier. En outre, ministre de la défense au moment de l’affaire des vedettes de Cherbourg, il avait voulu couler les bateaux, quitte à provoquer la mort de tous les membres des équipages israéliens. Il avait fallu toute la détermination du Premier ministre de l’époque, Jacques Chaban-Delmas, pour l’en empêcher.

En 1997, critiquant un projet de loi de Jean-Louis Debré sur l’immigration, Nassima Iselin, dont le mari est le cousin d’Anne-Marie Engel, épouse Debré, évoquait « le brassage de religions et d’origines dans sa famille ».


Sources : Jean-Louis Beaucarnot, Le Tout politique (L’archipel, 2012) ; filae.com, sur Engel ; Kountrass ; Libération ; Wikipedia, sur le nom Engel et sur la famille Debré.

vendredi 6 décembre 2019

Franz-Olivier Giesbert se fait traiter de juif

[...] Les statistiques officielles montrent que la haine contre les Juifs se traduit par trois fois plus d’actes violents que celle qui vise les musulmans. Sans parler des listes de Juifs qui circulent sur Twitter, comme au temps du IIIe Reich, et où figure, entre autres, le nom de votre serviteur qui n’est pas juif, mais dont le grand tort est de défendre la communauté juive et le droit d’Israël à l’existence. Les cafards sont de retour. — Franz-Olivier Giesbert (Le Point, 11 novembre 2019)

Le bobard selon lequel Franz-Olivier Giesbert serait juif par sa mère a largement circulé, avant même qu’il se mette à protester publiquement contre l’antisémitisme et à défendre Israël. Il me semble même qu’il a été propagé un moment par Wikipedia.

Franz-Olivier Giesbert
se dit chrétien de naissance

Aux dernières nouvelles, son père, Frederik Giesbert, un Américain né à Chicago, aurait eu des origines allemandes, autrichiennes, écossaises et – entre autres – juives. Il était le fils d’Edmund William Giesbert et de Frances Amelia Proudfoot, elle-même fille de Frederick William Proudfoot et d’Andrea Hofer, dont le père se prénommait Andreas Franz Xaver (ce qui indique qu’il était chrétien).

Quant à la mère de « F.O.G. », Marie Allain, épouse Giesbert, elle était issue d’une famille normande et catholique. Elle était la fille de Jean Marie Prosper Allain et de Jeanne Edmé Élisabeth Lenoir. Celle-ci était la fille de Lucien Edmond Lenoir et de Marie Jeannette Braun, laquelle était la fille de Joseph Braun et Marie Élisabeth Brolly, cette dernière étant la fille d’Élisabeth Schneider.

On trouve des Braun et des Schneider chez les Juifs, mais ce sont aussi des noms de l’Est de la France. En fait, ce sont des noms germaniques courants. Brolly est un nom porté en Alsace et en Lorraine, et rien ne permet de penser que c’est un nom juif.

Enfin, Franz-Olivier Giesbert a été élevé dans la religion catholique, il se dit chrétien de naissance (Famille chrétienne, septembre 2016), et il a un frère prénommé Jean-Christophe.


Sources : Akadem ; Famille chrétienne ; Geneanet sur Marie Allain, sur Marie Brolly, sur le nom de famille Brolly, sur Andrea Hofer ; Le Point ; Wikipedia.