vendredi 18 octobre 2019

Il ne m’aurait pas plu que Morandini soit juif

En 2009, le notable juif et chroniqueur Jean Corcos citait Jean-Marc Morandini parmi les personnalités qu’un certain nombre de visiteurs de son blog considèrent comme juives ou susceptibles de l’être. Parmi les autres personnalités concernées, il y avait Thierry Ardisson, Rachida Dati, François Hollande et Patrick Sabatier.

En 2012, sur le site internet (The) Huffington Post, le journaliste Guillaume Erner retenait l’exemple de Jean-Marc Morandini pour caractériser ce phénomène, et concluait : « En cherchant à savoir qui est juif, ces internautes ne se renseignent pas sur Jean-Marc Morandini, ils nous renseignent sur eux-mêmes. »

Francesco Morandini,
Crucifixion, 1580

Ceci explique que je me sois renseigné sur Jean-Marc Morandini. Jusqu’ici, je ne m’étais jamais intéressé ni à ce monsieur ni à ses émissions, et je ne crois pas devoir m’y intéresser davantage dans l’avenir.

La seule fois où je me rappelle lui avoir accordé par inadvertance quelques instants d’attention, c’était au moment où il déclarait, sur son plateau, que « l’islam est une grande religion » (il faut croire que cela ne va pas de soi) et que « la charia n’en fait pas partie » (elle doit faire partie d’une autre religion qui n’a rien à voir avec l’islam).

Par ailleurs, il semble que cet éminent spécialiste des religions soit extrêmement secret concernant sa vie privée.

On sait tout de même que Morandini est un patronyme italien et corse, et que l’intéressé est effectivement né d’un père corse et d’une mère sarde. Rien ne laisse penser qu’ils serait plus juif que Thierry Ardisson, Rachida Dati, François Hollande ou Patrick Sabatier.


Sources : Closer ; blog de Jean Corcos ; Huffington Post ; Wikipedia, sur Jean-Marc Morandini et sur le patronyme Morandini.

mardi 15 octobre 2019

Pour Ève Ruggieri, vous saviez ?

Au cours d’un dîner, Myriam Revault d’Allones a relaté une scène qu’elle avait vécue récemment, digne des meilleurs films comiques. Dans la synagogue de la rue de la Victoire, à Paris, lors de la célébration du nouvel an juif (en automne 2019), elle avait été assaillie par tout un groupe de femmes qui l’avaient prise pour Ève Ruggieri :

« Ève Ruggieri ! C’est Ève Ruggieri ! »

Ève Ruggieri, ou
Myriam Revault d'Allones ?

Certaines avaient peut-être déjà vu Myriam Revault d’Allones (Revault d’Allones est son nom marital) sur le petit écran et avaient gardé la mémoire de son visage, et cela avait probablement contribué à la méprise.

Or, la philosophe et politologue avait beau protester (« Mais je ne suis pas Ève Ruggieri ! »), personne ne voulait l’entendre, et les admiratrices continuaient de plus belle : « Madame Ruggieri ! »… « Je ne savais pas que vous étiez juive ! » Etc.

Myriam Revault d'Allones,
ou Ève Ruggieri ?

Cernée de toutes parts, elle n’avait pas eu d’autre possibilité, pour échapper au tumulte et retrouver un peu de tranquillité, que de prendre la fuite !

À coup sûr, le soir même et dans les jours qui ont suivi, on a pu entendre dans certaines familles des propos de ce genre : « Vous saviez qu’Ève Ruggieri était juive ? Si, si ! Je l’ai vue à la synagogue, et il y avait un tas d’admiratrices autour d’elle ! »

Ève Marie France Augustin-Henrot, épouse Ruggieri, est née à Limoges. Son père, Jean Augustin, était le fils de Jean Georges Fernand Augustin et de Maria-Stéphanie Héritier. Sa mère, Marie-Paule Boussely, fille de Firmin Boussely et de Marguerite Chabassier, n’avait pas tardé à se remarier avec un certain Lucien Henrot, qui est devenu son père adoptif. La célèbre présentatrice porte le nom de son premier mari, François Ruggieri.


Sources : geneanet.org ; Wikipedia.