vendredi 8 janvier 2016

Gilbert Bécaud, israélite ?

Dans la catégorie variété française, après Dalida, Yves Montand, Charles Aznavour, Serge Lama, Carlos, Julien Clerc, Alain Souchon, Laurent Voulzy et Mylène Farmer, voici venu le tour de Gilbert Bécaud.

Mé qué, mé qué ? Dans quelle tête de bois a bien pu germer cette idée stupide qu’il serait juif ? Et maintenant, il faut faire avec. Non pas que cette idée me dérange. Mon sentiment à ce sujet est plutôt l’indifférence. L’important, c’est la rose.

Gilbert Bécaud est né à Toulon sous le nom de François Gilbert Léopold Silly. Il est mort à Boulogne-Billancourt, où existe justement une rue de Silly.

Or, figurez-vous, chers lecteurs, que Silly, un patronyme surtout répandu dans lEure-et-Loir, n’est pas un nom indiquant une ascendance juive.

Passons sur le fait que les deux épouses successives de François Silly, alias Gilbert Bécaud, nétaient vraisemblablement pas juives, à en juger par leurs noms : Monique Nicolas, et Cathryn Lee St. John. Se marier avec une personne non juive est certes une chose courante chez les personnalités juives du show-business. 

Cependant, avoir un conjoint non juif, ou plusieurs successivement, est chose courante également chez les vedettes de la scène, de la télévision et du cinéma qui ne sont pas juives. Mais oui, mais oui. 

On peut raisonnablement supposer que si l’auteur de la chanson « Les Croix » avait été juif, ses obsèques n’auraient pas eu lieu en l’église de La Madeleine, à Paris... ni dans aucune église. 


Sources : Wikipedia, rfimusique.com, Geneanet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire