vendredi 20 novembre 2015

Pourquoi F.W. Murnau aurait-il été juif ?

Au cours d’une réception organisée pour le mariage d’une amie, qui était juive, j’avais remarqué quatre vieillards assis autour d’une même table. L’un d’eux était le grand-père de la mariée, mais ne me demandez pas lequel. Tous quatre chauves, avec un crâne pointu, un grand nez et de grandes oreilles, ils semblaient concourir à qui ressemblerait le plus au Nosferatu de Murnau.

Certes, entre le Nosferatu de Murnau et les caricatures antisémites, l’association d’idées est naturelle, mais je ne pense pas que ce soit la raison pour laquelle une personne de ma connaissance, juive elle-même, a cru un jour pouvoir m’affirmer que le cinéaste expressionniste, dont Emil Jannings aurait déclaré un jour qu’il était « le plus allemand des cinéastes allemands contemporains », était juif. 

Est-ce le nom même de Murnau qui l’avait incitée à le croire ? Certes, Walther Rathenau, industriel et homme politique allemand, était juif, comme son père Emil, fondateur de la firme AEG, mais est-ce que cela prouve que tous les « -nau » le sont ?

En réalité, Friedrich Wilhelm Murnau, né dans une famille de la petite bourgeoisie allemande, s’appelait Friedrich Wilhelm Plumpe. Ses parents s’appelaient Heinrich Plumpe et Otilie Volbracht. Il avait pris le nom d’une ville, Murnau am Staffelsee, en Haute Bavière (Wikipedia). 

Ou encore, est-ce parce qu’il était allé travailler aux États-Unis, comme le feront par la suite – mais pour d’autres raisons – plusieurs cinéastes juifs ?

Comme je l’ai fait remarquer à propos de Bram Stoker, l’histoire de Dracula, dont le Nosferatu de Murnau est une adaptation, est d’inspiration typiquement chrétienne. On pourrait en dire autant de la manière dont Murnau a adapté au cinéma le Faust de Goethe. 

En somme, rien n’indique que Murnau aurait été juif, et certainement pas sa tombe. 

Pendant que j’y suis : Max Shreck, l’acteur qui incarnait Nosferatu, n’était pas juif non plus.

3 commentaires:

  1. Merci Marcoroz d'avoir ouvert ce poste qui, s'il semble à certains inintéressant, est cependant très instructif des mentalités et surtout des a priori.
    En Allemagne, les noms donnés aux juifs étaient plus "repérables" que ceux donnés en France mais il n'en demeure pas moins que c'est loin d'être une réalité. De mon point de vue, être juif est une entité, pas une identité et si je ne supporte pas l'antisémitisme c'est simplement parce que je considère ce sentiment comme un fléau et la bêtise est un fléau.
    Ceci dit, j'aime la réflexion de Schmuel Trigano que vous avez portée en citation à ce poste car elle reflète une vérité indéniable.

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez donné comme exemple de nom "Rathenau", l'histoire de Walther Rathenau, voilà un poste qui ne manque pas d'intérêt. Il y aurait beaucoup à dire, surtout avec le recul de l'Histoire .....
    Cordialement
    Patricia (PJSC)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais pu mentionner aussi Max Nordau, sauf que Nordau n'était pas son nom de naissance...

      Supprimer