mardi 23 avril 2013

Eichmann, Rosenberg et les autres

Dans la logique déficiente de certains imbéciles, il y a des Juifs riches donc les Juifs sont riches, et si les Juifs sont riches, alors les riches sont juifs. De même, sachant que beaucoup de Juifs ont un nom à consonance germanique, les gens qui ont un nom à consonance germanique sont juifs.

À plus forte raison, si je puis dire, sachant qu’en France un Rosenberg a de fortes chances d’être juif, les mêmes, entendant parler d’un nazi qui portait ce nom, en déduisent qu’il était juif. 

Je l’ai déjà écrit précédemment, Rosenberg est d’abord un toponyme et un patronyme allemand. Les Orsini-Rosenberg, par exemple (une famille noble autrichienne), n’ont jamais été juifs. Dans La Quenouille de Barberine, Musset met en scène un chevalier nommé Rosemberg, qui n’est pas plus juif que le Rosencrantz de Hamlet.

L’idéologue nazi Alfred Rosenberg était issu d’une famille germano-balte. À l’âge de 25 ans, ce futur fondateur d’un « Institut de recherche sur la question juive » était déjà un adepte fervent des théories raciales et un antisémite fanatique. Il disait que les Juifs lui avaient volé son nom.

Quant au non moins sinistre Eichmann, c’est le seul nom qu’un crétin affirmant que plusieurs dignitaires nazis étaient juifs avait été capable de me citer. Cétait probablement à cause de la terminaison en « -mann ». Je me contenterai de faire remarquer quEichmann se prénommait Karl Adolf tandis que son père avait pour prénoms Adolf Karl. À propos des fils qui ont le même prénom que leur père, voir mes articles précédents.

Autre exemple, Heydrich, à propos de qui Hannah Arendt a eu le mauvais goût de colporter ce ragot sans fondement (Olivier Ypsilantis). Il semblerait que l’organisateur de la conférence de Wannsee ait lui-même été hanté par lidée davoir des origines juives, mais on sait quil était né d’un père protestant et dune mère catholique et il est inutile d’aller chercher plus loin. 

Supposer que des dirigeants nazis responsables de l’extermination des Juifs auraient été juifs eux-mêmes, ce n’est pas seulement stupide, c’est infâme. C’est en réalité, selon les termes d’Édouard Husson, un symptôme de la mauvaise conscience européenne vis-à-vis de ce crime gigantesque. C’est ce qui permet de s’en laver les mains, de se dire : « ce sont des Juifs qui ont fait cela à d’autres Juifs, donc je ne suis pas concerné ».

5 commentaires:

  1. Et il y en a des crétins qui déduisent une religion sur un seul nom...!
    Mon patronyme italien sonne "trop juif" pour certains et pourtant nous sommes catholiques depuis au moins 1390 d'après mes recherches; mais malgré tout, les gens insistent...

    RépondreSupprimer
  2. Concernant Heydrich, la rumeur vient du fait que sa grand-mère devenue veuve du père de ses enfants s'était remariée avec un homme portant le nom Süß. Or ce second mari n'était pas plus juif que le premier ...
    Süß est en effet un nom allemand assez répandu qui comme bien d'autres peut être porté par des juifs comme par une majorité de chrétiens :
    http://de.wikipedia.org/wiki/S%C3%BC%C3%9F

    L'accusation d'avoir des origines juives était assez répandue au sein de l'administration nationale-socialiste :
    Le prétendu "général juif d'Hitler', Erhard Milch en a longtemps fait les frais. Ces origines juives étaient pourtant tout aussi fallacieuses que celle concernant les Heydrich, même si la rumeur a été relancée par un historien de manière si insistante que les wikipedia francophone et anglophone se sont laissés bernés.
    Le wikipedia germanophone aborde la question en indiquant que cette thèse est en contradiction avec la totalité des recherches historiques et généalogiques menées auparavant. De plus, Erhard Milch a continué à nier toute ascendance juive jusqu'à sa mort longtemps après la guerre.
    Notons que le site jewornotjew s'est aussi laissé berné par cette thèse. Ce qui tendrait à prouver aux antisémites que les juifs ne se reconnaissent pas entre eux par une sorte d'opération du ... Saint Esprit ... Ils ont également besoin de faits établis et reconnus pour se faire une idée de la réalité au delà des simples rumeurs.

    RépondreSupprimer
  3. Il est totalement délirant d'affirmer qu'un ministre du 3ème Reich, ou même un dignitaire du régime, eût pu être Juif... tout simplement en raison des lois raciales qui prévalaient en Allemagne à cette époque et qui excluaient les Juifs de la vie publique.
    Par contre, le fait d'accuser un rival d'être Juif permettait de jeter sur lui sinon le discrédit, du moins un doute sérieux qui pouvait suffir à l'évincer.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis un goy descendant de juifs d'Alsace convertis par mariage, , les Ley, contraction de Levy. Hors, il y a bien eu un robert Ley. Ecrivain donc psychologue, je soupçonne le doute sur les origines d'avoir une part de responsabilité dans la paranoïa antisémite.

    RépondreSupprimer