mardi 29 novembre 2016

Un Juif fait-il de la couture en novembre ?

Un site internet algérien antisémite (pléonasme) et conspirationniste (double pléonasme) dont j’ai déjà parlé, qui reprend l’ignoble campagne pétainiste « Ces Juifs qui dominent la France » (sic), a publié une liste de noms parmi lesquels figure celui de Jean Thomas Couture, dit Tom Novembre. Celui-ci y côtoie plusieurs autres personnalités dont rien n’incite davantage à penser qu’il pourrait s’agir de Juifs, comme son frère Charlélie Couture, mais aussi Jean-Pierre Chevènement, Patrick de Carolis, ou encore Jean-Marc Morandini. 

Si quelqu’un peut m’éclairer sur la domination ou l’influence que Tom Novembre aurait exercée jusqu’à présent sur la société française, ou qu’il continuerait d’exercer, je ne demande qu’à voir ma curiosité satisfaite.

Tom Novembre a incarné l’apôtre Paul dans le film Jésus de Serge Moati, une composition pas plus indicative que celles d’Hippolyte Girardot (Judas), de Christophe Malavoy (Caïphe), de Faudel (Baruch), de François Négret (Jean le Baptiste), de Ludmila Mikaël (Marie) et de Yann Collette (Mathias).

Que pourrais-je dire de plus, sur cette page, que dans mon article déjà publié sur Charlélie Couture ? Pas grand chose. Je ne peux que me répéter.

Jean Thomas Couture, dit Tom Novembre, est le fils de Jean-Pierre Couture et d’Odette Michel, elle-même fille d’Auguste Élie Michel et de Cécile Charlotte Boutry. En remontant à la troisième génération, on trouve d’autres noms très français comme Dufoux et Vouillon, et toujours aucun patronyme qui ressemble un tant soit peu à Goldman, à Israël, à Benarroch ou à Rosensohn.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire