samedi 18 janvier 2014

Matzneff, Gabriel comme l’ange ?

Suite à la circulation sur Facebook de citations censées confirmer les penchants pédophiles de quatre messieurs connus, une de mes coreligionnaires a cru pouvoir faire remarquer que trois d’entre eux étaient des Juifs. Cela ne lui suffisait pas que deux des intéressés soient issus de notre peuple (lun de façon claire, lautre de façon plus discutable), et c’est en vain que j’ai tenté de lui faire admettre son erreur concernant Gabriel Matzneff.

Certes, Gabriel est un prénom biblique, mais des millions de chrétiens ont un prénom biblique. Staline et Goebbels aussi avaient un prénom biblique. Matzneff est un patronyme à consonance russe, mais croyez-le ou non, c’est chose courante chez les Russes chrétiens. Quoi dautre ?

En fait, il serait difficile de dénicher dans sa biographie le moindre indice permettant de le croire juif.

Gabriel Matzneff est issu dune famille de Russes blancs émigrés en France après la révolution de 1917. Un certain Constantin Motchoulski était son parrain, ce qui indique déjà que nous avons affaire à un chrétien.

À partir de 1961, Matzneff a rédigé des articles pour une revue de théologie chrétienne orthodoxe, et en 1964, il a participé à la création du Comité de coordination de la jeunesse orthodoxe. Il a aussi été à lorigine de l'émission télévisée « Orthodoxie », dont il est demeuré le coproducteur jusqu'en 1972. La foi religieuse, l'amour de la liturgie orthodoxe, lintérêt pour le jansénisme sont des thèmes récurrents dans son œuvre. Cependant, son premier roman, LArchimandrite, a suscité émotion et scandale dans les milieux orthodoxes français.

Le nom de son ex-femme, Scherbatcheff, est porté par des Russes orthodoxes, pas par des Juifs. Leur divorce civil, en 1973, a été suivi quelques mois plus tard de la dissolution de leur mariage religieux par un tribunal ecclésiastique. Selon mes sources, Gabriel Matzneff aurait alors perdu l’espoir qu’il avait nourri de pouvoir « mener une vie conforme aux règles de la société civile et de l’Église ».

Gabriel Matzneff a aussi été un pionnier du militantisme « pro-palestinien », au cas où la mesure ne serait pas assez pleine.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire